• 14 juin 2015

    Vendredi je me suis contenté d'arriver en centre ville de Gijón, d'y trouver une pension et d'en profiter pour faire des courses et visiter un peu. C'est à la fois une station balnéaire, un port de plaisance, un port de commerce et une ville industrielle. D'est en ouest, on a d'abord une grande plage, puis une pointe rocheuse à laquelle s'adosse la vieille ville, assez jolie, puis le port de plaisance, puis une autre plage, puis le port de commerce et la zone industrielle.

    Hier je suis venu de Gijón à Avilès. Avilès est un port de pêche, largement le plus important des Asturies, mais aussi un port de commerce et une ville industrielle avec notamment de la sidérurgie (Arcelor Mittal). Cela donne une étape en sandwich. On commence par une longue sortie de ville et traversée de zone industrielle (Pour l'anecdote, dans cette sortie de Gijón, il y a une station-service qui s'appelle "L'Estrella de Qatar", "L'étoile du Qatar"! J'ai relevé le gazole à 1,15 et le 95 à 1,27. Vous pouvez comparer avec les prix actuels en France). Puis on a un parcours agréable dans la campagne. Le chemin nous fait monter de quasiment le niveau de la mer à près de 300 m d'altitude pour soit disant voir le dolmen (ça se dit aussi comme ça en espagnol) de San Pablo mais il n'est pas sur le chemin. A un moment une pancarte l'indique à gauche, mais sans dire la distance et ça semble un peu loin, si bien qu'on n'y va pas. Mais le chemin là-haut est agréable. On termine ensuite par une interminable zone industrielle (il y a aussi une grosse usine d'engrais) pour arriver à Avilès ...dont la vieille ville est magnifique, mais il faut y arriver. A l'albergue (gîte d'étape), nous avons fait une expérience particulière. J'avais juste eu le temps d'arriver, de me doucher et de me poser un peu. Un violent orage a éclaté avec une forte précipitation. L'eau ne s'évacuait pas assez vite. L'albergue est en contrebas de la rue. Tout d'un coup il a été inondé. On a eu juste le temps de mettre les affaires à l'abri en haut des lits. Il y a eu jusqu'à 30-40 cm d'eau dans le dortoir. Il a fallu écoper. A 18 h 30, toute l'eau était évacuée. Au moment de se coucher c'était sec. Finalement j'ai passé une bonne nuit et les autres aussi je crois. J'ai pu aller à la messe à 20 h. J'ai pu aussi acheter deux nouvelles paires de chaussettes de marche. Celles que j'avais depuis le début de mon périple commençaient à être bien usées et même trouées.

    Aujourd'hui, j'ai marché jusqu'à San Estéban, petit port à l'embouchure du Rio Nalón. Etape beaucoup plus dans la nature. C'est agréable de marcher à travers les forêts d'eucalyptus, mais c'est une catastrophe écologique pour l'Espagne. Ils poussent très vite mais pompent un maximum d'eau dans les nappes. En plus, ça doit être très inflammable en cas d'incendie. Et j'ai l'impression que ça se resème tout seul. L'introduction de cette essence a été une erreur monstrueuse. Le Padre Ernesto nous en avait parlé à Güemes.


  • Commentaires

    1
    amj
    Dimanche 14 Juin 2015 à 19:26

    Cher JJKer, essai du "contact" aujourd'hui !

    Tes pieds doivent savourer leur nouveau logis...

    Nous avons parlé de toi à midi avec des amis.

    J'irai consulter tes dernières étapes après ce courrier.

    Sais-tu ce qui est tombé ?

    la pluie.

    A tout de suite, amj

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :